Sortie à Nemo 33, Janvier 2010

La fosse empli de bulles
La fosse empli de bulles

Au palier
Au palier

Le tunnel
Le "tunnel"

Quelques palanquées
Quelques palanquées

Le bar restaurant qui jouxte la fosse
Le bar restaurant qui jouxte la fosse ...

de l'autre côté de la fenêtre
... de l'autre côté de la fenêtre

Nemo ! Nemo ! Le capitaine ? non ! le poisson clown qui fait le tour du monde ? non vous n’y êtes pas, bien que l’eau soit le dénominateur commun : La fosse Nemo 33 mais oui c’est bien cela ce trou de 34,5 m de profondeur agrémenté de 2 bulles pour faire surface par – 10m de fond.


Cette sortie organisée par le club fut un succès, tant au niveau de la plongée que de l’après (ou 3ème mi temps comme diraient des rugbymen avertis)


Donc nous voila partis individuellement (19 personnes) sur le chemin des Flandres sans intentions belliqueuses. Ça c’est pour la Grande histoire


Sans nous être concertés nous nous retrouvâmes une douzaine dans le même arrêt buffet, qui buvant un café, qui mangeant un croissant, bref des retrouvailles revigorantes avant de repartir à la conquête du plat pays.


Nous voici arrivés à une heure tout à fait acceptable pour songer à goûter la cuisine belge arrosée de ... bière c’est quand même une référence à défaut du vin, mais, horreur le tavernier nous annonce un cruel manque de place et prétend ne pouvoir nous rassasier. Mais c’est compter sans notre pugnacité, notre faim, une petite négo d’Yves et une prise en main, en force ,des petites tables pour en faire une grande.


Les retardataires nous rejoignent et nous voilà réunis en une joyeuse tablée dans le resto attenant à la fosse où des « poissons hommes » nous observent subjugués par notre appétit et notre convivialité. Mais nous ne sommes pas là uniquement pour la bouffe et il ne faut pas louper notre créneau : hors l’horaire point de salut. Ca y est : déshabillage, rabillage palmes, masques, tubas et nous sommes fins prêts à visiter les abysses Wallonnes. A nous de jouer les « poissons hommes » ce que nous faisons avec brio si,si,si. Mais au bout d’une heure la sirène (pas celle du Mississipi, dommage pour vous les mecs) nous met dehors et nous tuons le temps autour de cafés pâtisseries dans une cafet du centre commercial. Il faut reconnaître que l’environnement .... Bof no comments


Et l’on y retourne, à la fosse, re belles plongées, petits exercices discrets, mais quand même jusqu’à une sangle de masque qui se casse net sans bricolage possible. Nous sortons de l’eau pour nous retrouver toujours dessous, mais le chlore en moins direction l’hôtel. Les plus rapides dans leurs « ravalements » auront droit à un pot dans la chambre de Daniel puis dîner dans un resto chicos le midi station où nous déridâmes le serveur, pardon le chef de rang, grâce à 2 gentes personnes (que je ne nommerai pas) qui, attirées par le somptueux tablier en cuir, tripotèrent le cuir et aussi un peu son support mais comment faire autrement ??? profiteuses direz vous, jalouses plutôt.


On rentre ? oui, non, pas tout de suite, en fait normale situation quand plus de 4 personnes. Des sérieux (mais oui ça existe au club) rentrent se coucher et une bonne poignée commence à arpenter les rues froides de Brussels ; quand tout à coup , Arnaud avise un café d’où sortait une musique attirante, après quelques tergiversations, plus pour la forme que pour le fond, la horde des gentils plongeurs du GPA13 se précipite et colonise le fond du bar. Incroyable, il est permis de danser et même de fumer What a surprise : Vive la Belgique Libre (plus que nous en tout cas). Soirée très, très, très, agréable ; nous bûmes, pas trop, une p’tite clope par ci, un p’tit pas de danse par là. Nous sympathisâmes avec des habitués un peu bien partis pour ne pas dire « borachos ». Bref nous ne prîmes le chemin de la sagesse que vers 4h du matin en flânant à travers la vieille ville ce qui nous permis, le lendemain, enfin, un peu plus tard, de comparer la cité la nuit et le jour ce qui pour des « pas sérieux » est tout de même finalement, assez sérieux sur un simple plan touristique.


Dimanche shopping chocolats, revisite de la cité, déjeuner typique pour certains et attrape couillons pour d’autres : chacun se reconnaîtra .


Fin de cette odyssée Bruxelloise par la visite de la maison Horta un fleuron de l’art nouveau avec un certain goût de revenez-y


A bon entendeur(euse) je vous salue bien. Jos


Texte de Josette et photographies de Luce et Arnaud.

Organisation

DP : Thierry.
GO : Caroline et Corinne.
Assistants : Arnaud, Caroline, Luce et Serge.
Plongeurs : 19
Subvention du club : ~ 198 €.


bruxelles
Bien plus tard